Il n'y a que quelques choses qui finissent par échappées au dommage.

10 juillet 2011

porte monnaie

- Une Guitare

-La France contre les robots, Benanos

-Un vélo

-Des essais

-Flash

Posté par 6000000000000 à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juillet 2011

Sociologie mineure

 

 

 

Les vices à ne pas tournés
CE qui les fait jouir
Ce qui fait jouir mon père : Sa maison qu'il n'a pas et ses petits travaux pour.


Ce qui fait jouir Emilie : Les choses fausses (ses lectures fantastiques et de sciences fiction, son amour pour un  personnages de série, l'invention de théorie basée sur ses paroles et ses croyance (très courant, les autres exemples appuyent "les choses fausses", celui-ci n'aurait pas suffit), l'indépendance au sens énorme et grossier du mot, c'est à dire pour elle le moins vraie et noble, l'indépendance avec le travail. Elle même se sent indépendante en ne voyant que ce dans quoi elle l'est (socialement au lycée), jamais elle ne regarde ses chaines.


Ce qui fait jouir Célia : La Littérature de salon, de forme. C'est toute une sculture en creux pour le joli bruit. Comme j'ai envie de la briser.


Ce qui fait jouir Grâce : De se trouver des modèles, elle se trouve pas la plus belle et adore qu'on lui disent qu'elle est mignonne (elle est noire, alors ça lui donne un petit intérêt au sein de la classe, c'est la seule noire) surtout lorsque ça vient de ses modèles. Ses modèles sont Mounia, Noa, et les stars noirs du showbiz américains (Rihanna et tout)


Ce qui fait jouir Mounia : Les comportements raffinés et bourgeois, grossement et grossièrement. La lecture de Platon, elle nous ammène pour l'acheter avec elle pour que tout le monde sache qu'elle lit Platon, elle trouve ça trop cool. Elle a des rêves de bourgeois en mosaïque, donc mille; faire de bonnes études surtout, avoir son bac et son permis. Ce qui la fait jouir aussi ce sont les gens marginaux uniquement dans leur habit. Au delà, c'est pas soutenable je crois.


Ce qui fait jouir Salomé : Les trucs un peu bourgeois, avoir du Sonia Reckiel faut qu'elle s'en vante. Enfin le comportement d'accès à la bourgeoisie morne par la bêtise et la dépendance pas du tout lucide comme fille. La condescendance c'est son truc, c'est toujours un truc de premier de la classe, je me défonce pas en cours pour être première et c'est une des raisons. J'ai toujours pas trop aimer 'L'alchimiste" comme livre, mais en plein dans le spectacle de son comportement, je me suis tout de suite remise en question : "c'est vraiment pourri l'alchimiste, c'est son livre de référence" "et moi je lis Sartre et Camus". Ca m'a fait peur d'avoir des similitudes avec une lectrice de Sartre et Camus. Un tel chemin tout tracé, on dirait une course d'orientation avec des livres pas de découverte, pas de surprise, juste un chemin à faire le plus vite possible pour passer pour une prodige. Les gens populaires l'a font bander.

 

 

 

 

Posté par 6000000000000 à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coucou du coeur

 

 

 

Je commence à m'intéresser à la politique, la psychologie et la sociologie, je vogue plus loin que la Littérature, qui m'écoeur désormais par sa figure sans rien au fond souvent et qui me fait préférer le littéraire. Je me sens évoluée, d'avoir changé comme ça, de plus avoir de certitudes que je passais mon temps à rechercher en commun avec les autres ça me fais peur. J'ai envie de retrouvé mon confort social, mais pas mon habitat intellectuel de l'année dernière. Ca me fais toujours ça, il faut que j'arrête ces désirs ridicules, je m'interdis d'envoyer des sms aux gens que je voudrais revoir. Si je m'obéis, c'est que c'est pas capital. Je suis devenu ami avec des gens avec qui je regrette ces liens, on a du devenir ami par communautarité, sauf avec Fanny. Ah c'est trop facile de faire partie d'un groupe respecté de la classe et très bien vu. Je preférais vraiment être avec Emilie comme les parias de la classe en loser. Ca me manque. J'ai qu'une amie, j'ai jamais eu d'ami. Tout le reste de mes copines ne le sont pas pour moi ou l'inverse. Les gens avec qui je traine trop, sont vraiment hypocrites, toujours à vouloir tout savoir des bavardages avec comme pass de journaliste, le respect de la classe, droit à l'inquisition minuscule. J'aime bien Fanny, mais je crois bien qu'elle ne m'aime pas autant, elle doit presque s'en foutre de moi avec sa nouvelle copine Mounia. Mounia me faisait un peu peur, j'aimais pas du tout lui parlais, elle est très belle et à pleins de demandes pour sortir, elle me fait plus peur du tout depuis hier, le 10 mai. Peut-être est-ce à cause du cousin de Grâce qui à dit que j'étais plus belle que Mounia, cette raison ne me plait pas trop, mais je crois vraiment en elle comme justification. J'ai toujours envie à 8h de faire ma grosse rebelle et de rester seule et m'émanciper de ce groupe (Mounia-Fanny-Grace-Moi), mais j'y arrive jamais sans tomber dans la tristesse de la solitude au sens vraiment social. J'ai d'autres copines dans la classe Clémence et son groupe avec qui je m'entends bien 5 minutes, j'ai testé plus et c'est vraiment lassant, de la critique et du racontage de vie en sa propre faveur. Et puis je peux pas trop rester avec elles sans ambiance éléctrique parce que à chaque fois Pauline, une lesbienne du groupe me dévisage en tant que homophobe pour laquellle je suis passé (je me vante là). Je trouve cette année de seconde socialement triste et lugubre mais quelques découvertes personnelles font son importance.

 

 

 

Posté par 6000000000000 à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]